Collégiale Saint-Martin de Chablis, (Yonne, France). Crédit : Tangopaso - 7 Août 2017

L’histoire de la collégiale Saint-Martin commence en 867, alors que le roi Charles le Chauve concède aux moines de l’abbaye de Saint-Martin de Tours la « cella » de Chablis, qui dépendait alors du domaine royal et était dédiée à Saint Loup.

Au cours du Xe siècle, le monastère est converti en collégiale, qui continue de dépendre de l’abbaye Saint-Martin de Tours. Le sanctuaire dédié à Saint-Loup ne suffisait bientôt plus aux chanoines, qui décidèrent de mener des travaux de reconstruction vers 1160, en style gothique. De multiples amendements eurent lieu dans les siècles suivants – dont l’ajout du clocher et une reconstruction à l’identique après un incendie au XVIIe siècle –, et donnèrent à l’église la forme qu’on lui connait aujourd’hui.

À l’époque de sa reconstruction, l’architecture de la collégiale Saint-Martin emprunte beaucoup à la Cathédrale de Sens, et peut-être également au sanctuaire de l’abbatiale de Vézelay.

Une des particularités de la collégiale est la présence de 111 fers à cheval cloutés sur le portail sud : ils furent déposés là par des chevaliers pour invoquer la protection de Saint Martin, patron des chevaux. La légende raconte même que Jeanne d’Arc aurait déposé un fer usagé en 1429 lors d’un passage à Chablis.

La collégiale Saint-Martin de Chablis est l’une des premières églises de style gothique primitif en Bourgogne, et possède également des influences romanes.

L'Orgue de Saint-Martin de Chablis

La collégiale Saint-Martin abrite un orgue depuis en 1880, inscrit aux Monuments Historiques en 1974. Ayant connu de nombreuses transformations, il a récemment été presque intégralement restauré grâce au concours de l’association des Amis des orgues de la Collégiale Saint-Martin et au soutien de la Fondation du Patrimoine. Une vaste campagne de financement a permis le relevage de cet instrument par le facteur Hubert Brayé en 2016.

inventaire-des-orgues.fr